A La UneÉconomie

SÉNÉGAL: LE BUDGET 2022 PROJETÉ À PLUS DE 5 MILLE MILLIARDS DE CFA

Le projet de budget pour l’année 2022, incluant l’amortissement de la dette, devrait s’établir à plus 5000 milliards de FCFA, a annoncé ce mercredi le ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo.Il faisait face aux députés pour défendre, au nom du gouvernement, le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle (DPBEP) 2022-2024.Abdoulaye Daouda Diallo s’est félicité du ’’doublement en dix ans du budget initial 2012 d’un montant de 2344,8milliards de FCFA.

’Selon lui, cette performance a été rendue possible grâce notamment à ’’une mobilisation satisfaisante des recettes internes, laquelle sera amplifiée par la mise en œuvre de la stratégie de recettes à moyen terme fondée sur la modernisation des administrations fiscales, la rationalisation régulière des dépenses courantes’’, entre autres.

A ce sujet, il a évoqué la ’’suppression d’agences et fusion de structures’’, lors de son intervention introductive précédant la discussion générale dirigée par le président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse.M. Diallo, rappelant le contexte ’’particulier’’ marqué par la crise sanitaire, a relevé que malgré tout, le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle 2022-2024, cadre de référence pour l’élaboration de la loi de finances pour l’année 2022, ’’s’inscrit tout naturellement dans une dynamique de relance économique’’.

Dans cette perspective, il a annoncé que, sur la période triennale 2022-2024, ’’les investissements sont prévus à 6610,47 milliards de FCFA’’, soit une hausse de 20% en valeur relative, comparée à la période précé dente.Ces investissements,a-t-il relevé, ’’opérationnalisent les orientations majeures tracées par l’Etat et s’articulant principalement autour de l’emploi des jeunes, l’équité sociale et territoriale et et du la défense et la sécurité nationale.’’Outre le Programme d’appui à l’éducation au Sénégal (PADES), le programme de réhabilitation et l’équipement des infrastructures universitaires, le ministre des finances Budget a aussi insisté sur la nécessité de ’’poursuivre’’ et ’’d’intensifier’’ l’adaptation de l’agriculture locale avec des intrants adaptés pour réduire les vulnérabilités et autres chocs aux aléas climatiques.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page