A La UneActualité

7 juillet, 1366 cas de consciences contre 16 millions de consciences CORONA, le virus est actionnaire au Sénégal

A qui la faute si on en est arrivé là? En attendant de situer les responsabilités dont une est collective au moins, la peur est le sentiment partagé. Au moins avec 1366 cas de personnes atteintes du virus à Covid-19, les politiques n’ont qu’à cesser de se gargariser d’avoir réalisé la prouesse de faire de notre pays, un pays champion en matière de prévention et de lutte contre la pandémie. Tellement on n’aura plus le temps de se venter, finie la pseudo fierté, l’orgueil également est à enterrer.De premier de la classe supposée, nous retombons en toute risée du monde, très bas. Et même si le Sénégal n’a pas touché le fond, les cas du jour sont une rançon de l’irresponsabilité d’un pays dont les chercheurs n’ont pratiquement rien découvert d’extraordinaire, mais qui malheureusement a un peuple qui défie les lois de la médecine.Dans cette situation résultant de notre lâcheté, il y a que l’Etat s’en sort malheureusement avec une grosse part de responsabilité pour avoir renoncé à l’exercice de ses prérogatives régaliennes. Pour peu que vous vous souvenez, le décor des semaines passées offrait des mouvements de foules qui ont permis de labourer un champ fertile, bouillon pour faire germer le virus. Quid de l’opposition qui non plus ne peut se permettre son rôle de critiquer l’action du gouvernement à ce stade où elle aussi s’est illustrée dans la mobilisation des masses. Et le peuple lui, est dans la défiance par le non respect délibéré des mesures barrières. On a assisté impuissant aux tergiversations d’un pouvoir censé donner de l’ordre mais qui prête le flanc.Normal me diriez vous ! Puisqu’aujourd’hui plus qu’auparavant, les gens voyagent dans des conditions défavorables, des consciences obsédées par la Tabaski. Les prochains jours seront lourds de menaces car le virus va se multiplier à un taux exponentiel. Parce que nous avons failli.

Bacary NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page