A La UneActualité

De la relation entre la Presse et la Justice [Par Soro DIOP]

«Il est des circonstances où se taire est mentir». On attribue ces propos à Miguel de Unamuno, «philosophe, qui (a) passé (sa) vie à façonner les paradoxes  et qui venait «d’entendre un cri morbide et dénué de tout sens: vive la mort !». C’était à la suite d’une apologie à la mort par un Général sous le régime franquiste.

Cela pour dire, qu’il y a des circonstances où il est nécessaire de faire entendre de dire ses vérités surtout quand il est question d’alerter pour le présent et pour le futur qui engagent la nation et les générations à venir.

L’actualité trépidante de ces derniers jours à propos d’affaires ou prétendues telles a aussi mis en relief, dans ses «marges de silence» pourtant bruissant qui affleurent dans certains écrits et voix la question, à certains endroits, les relations sujettes à interrogation entre la Presse et la Justice. Une situation qui somme d’interpeller et d’alerter. Dans ce pays, il est temps d’en finir avec les utilisations à des fins inavouées, tronquées et trompeuses, parfois sur la base d’intérêts personnels, d’un métier aussi noble et exigeant en éthique et en déontologie que le journalisme.Il est facile de constater, depuis quelque temps, combien en pleine pandémie de la COVID-19 qui aurait dû mobiliser les énergies individuelles et collectives, que le pays bruit de prétendus scandales sur fond de produits et de productions issues d’alerter.

Dans ce pays, il est temps d’en finir avec les utilisations à des fins inavouées, tronquées et trompeuses, parfois sur la base d’intérêts personnels, d’un métier aussi noble et exigeant en éthique et en déontologie que le journalisme.

Il est facile de constater, depuis quelque temps, combien en pleine pandémie de la COVID-19 qui aurait dû mobiliser les énergies individuelles et collectives, que le pays bruit de prétendus scandales sur fond de produits et de productions issues d’officines de mensonges et d’impostures.

Il suffit d’un œil avisé et d’une perspicacité cognitive pour situer la provenance de certaines informations ou supposées comme telles. Hélas quelque fois de milieux du Temple de Thémis, parfois en des formes qui frôlent des violations de dossiers en instructions judiciaires. Certes, il existe chez tout journaliste le désir et même l’exigence d’informer, de dévoiler ce qui se voile. Mais encore faut-il que ce qui est diffusé reflète les faits les plus têtus afin de servir la bonne cause de la justice et du justiciable mais aussi qui renforce la crédibilité du journaliste.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Le problème de la justice c’est ce procureur à la solde des intérêts divers. Il faut une réorganisation du système judiciaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page