A La UneSanté

Le Sénégal ambitionne de produire 30% de ses médicaments d’ici 2030

Lors de l’ouverture du forum d’investissement Royaume-Uni-Sénégal ce jeudi 25 février sur le développement de l’industrie pharmaceutique, le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, a partagé les grandes orientations de la stratégie de développement de l’industrie pharmaceutique de son pays qui vise une production locale devant représenter 30% de ses besoins en médicaments d’ici 2030 et 50% d’ici 2035. L’autre ambition est de développer des champions nationaux capables de produire les médicaments les plus usuels.

Tirant les enseignements de la pandémie de la covid-19, le Sénégal s’est fixé un objectif de souveraineté pharmaceutique, conformément aux orientations définies dans le Plan d’Actions Prioritaires Ajusté et Accéléré (PAP 2A) du PSE. C’est dans ce cadre que les autorités étatiques ont mis en place une stratégie visant le développement d’une industrie pharmaceutique.

Le forum a également servi de tribune au ministre pour échanger avec les investisseurs étrangers et nationaux sur les opportunités de l’industrie pharmaceutique au Sénégal et dans la sous-région. A ce propos, il rappelle que la part importante des projets privés et en Partenariat Public Privé (PPP) du secteur de la santé dans le PAP 2A traduit cette volonté du gouvernement d’attirer plus d’investissements privés dans ce secteur.

Il a réitéré l’engagement de l’Etat à améliorer l’environnement des affaires afin de faciliter les investissements du secteur privé national et international. ” L’adoption par l’assemblée nationale, le 22 février 2021, du projet de loi relatif aux partenariats public-privé prouve à suffisance cette volonté du gouvernement d’accélérer les réformes afin de réaliser plus de projets privés et en PPP “, a indique Amadou Hott.

Ibrahim WANE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page